PAQUES ... PAQUES ... PAQUES ... PAQUES ... PAQUES ...

Où sont les cloches ?  

DES OEUFS... POURQUOI ???

parce que

les poules ne font pas Carême!

 L'église interdisait la consommation des oeufs durant les 40 jours de jeûne précédant Pâques, mais les poules, elles, continuaient à pondre. On se retrouvait ainsi, en fin de carême, le matin de Pâques, avec une grande quantité d'oeufs. Il fallait donc consommer la sur-production et la partager. Donner des oeufs à ceux qui n'avaient pas de poules c'était bien gentil mais en les colorant, en les décorant de figurines, de devises, etc. les oeufs devenaient des cadeaux .

autre explication pour la coloration des oeufs (raison qui me semble assez vraisemblable): les oeufs, dont la religion interdisait la consommation en période de Carême, étaient cuits pour une meilleure conservation et étaient peints pour qu'on puisse distinguer les plus vieux des plus frais.  Cette habitude serait devenue ensuite une tradition.

 

          
L’introduction des œufs dans les coutumes pascales daterait du XIIe siècle et les 1ers textes y faisant allusion en Europe datent du XVe siècle.  Cette coutume vient sans doute des symboles et des vertus associées aux œufs. Elle a des origines païennes, on ne trouve en effet dans la liturgie aucun texte mentionnant les œufs . 
  • L’œuf est un symbole de vie et de naissance. Dans de nombreuses mythologies, la terre et le ciel sont originaires d’un œuf. 
  • mais l’œuf peut aussi être un symbole de mort et de renaissance. Ainsi, de nombreux peuples déposaient des œufs dans les sépultures. 
Les égyptiens et les perses avaient pour habitude de teindre des oeufs aux couleurs du printemps et de les offrir à leurs proches pour symboliser le renouveau de la vie. Les Croisés auraient ramené en France cette coutume qu’ils avaient découverte .
     
cliquez sur le drapeau du pays dont vous souhaitez connaître les coutumes, puis cliquez sur le drapeau pour revenir à cette sélection.

COUTUMES 

pourquoi des oeufs, des lapins ou des cloches ?

cliquez sur le sujet de votre choix pour quelques explications et cliquez sur le même symbole pour revenir aux sujets en chocolat 

          
Il est coutume d'offrir encore des oeufs cuits durs non écalés et peints en rouge aux membres de sa
 famille et à ses amis durant les Fêtes pascales.
À partir de la  Renaissance, l'oeuf populaire peint trouva, à ses côtés, l'oeuf  précieux. L'engouement pour les oeufs sertis de pierres précieuses, plaqués d'argent ou rehaussés de filigranes

 d'or trouvèrent leur apogée avec Fabergé. 

       

On  peint de cloches et d'edelweiss les oeufs et on  les accroche aux branches des arbres.
         
Les oeufs avaient d'abord des motifs reliés aux voeux et à la prière. Par exemple, on peignait de petits soleils pour obtenir du beau temps, des épis pour de belles récoltes, etc. Maintenant, ils sont peints surtout de dessins géométriques selon une technique rappelant celle du batik. On applique une couleur à la fois, du clair au plus foncé en enduisant la coquille de cire et en enlevant seulement le motif désiré selon la couleur choisie: le rouge, le noir, le jaune et l'orangé sont les teintes dominantes. Puis on les cuit au four. Ils deviennent brillants et durs, de véritables oeuvres d'art au demeurant fragiles.

                
 
 
Au XIIIe siècle, le Jour de Pâques, les clercs et les étudiants, toujours mal nourris, partaient à la recherche des oeufs de Pâques dissimulés dans Paris.

Puisqu'on ne pouvait ni consommer, ni vendre des oeufs pendant tous le temps du Carême, chaque région de France se mit à élaborer des pâtisseries riches en oeufs associées au dimanche de Pâques.
Ce n'est qu'au XVIIIe siècle, qu'on commença à vider un oeuf frais et à le remplir de chocolat. Puis vinrent les moules, les décorations et la tradition gourmande. Ici, quand sonnent les cloches de Pâques, les enfants partent dans le jardin pour une course à l'oeuf ... ou à la poule en chocolat qu'on dissimule dans les haies, sous les buissons

De nos jours, ce sont les cloches qui, sous leur grosse jupe de fonte ou d'airain, rapportent les friandises aux enfants sages, toutes carillonnantes d'avoir été bénies à Rome en ce jour saint. Oeufs, poules, lapins, cloches ... en chocolat tombent ainsi du ciel(!) dans de nombreux jardins. Les enfants partent pour une course à l'oeuf ... ou à la poule en chocolat qu'on dissimule dans les haies, sous les buissons pour leur plus grande joie , mais surtout pour celle  pour de tous les chocolatiers qui redoublent d'ingéniosité dans leurs création s'assurant ainsi sun bon chiffre d'affaires
         
En Allemagne, c’est le lapin, ou plus exactement le lièvre (Osterhase) qui apporte des oeufs en chocolat, du sucre ou du massepain, et parfois même des jouets. En Bavière, le lièvre est remplacé par un coq, en Thuringe, c’est un renard et dans la région de Hanovre, c’est un coucou qui cache les objets dans les jardins, dans les buissons ou sous les arbres, ou dans les appartements, dans les coins des canapés, sous les armoires ou dans les pots de fleurs. Souvent, on fait cuire des oeufs pour les décorer ensuite de couleurs vives et de dessins amusants. D’autres font de jolis bouquets de forsythias ou de branches de pommiers auxquels on accroche des oeufs vidés et peints (un peu comme en Suisse).
   
   
    

    

Lapin de Pâque ou lièvre de Pâque.

Il semble qu’à l’origine, le lapin de Pâques était un lièvre. Ainsi, chez les Saxons, on honorait au printemps la déesse Eastre, qui a d’ailleurs donné son nom à Easter (Pâques en anglais). Le lièvre était l’animal emblématique de la déesse et est resté associé aux fêtes de Pâques. De manière similaire, dans les traditions celtiques et scandinaves, le lièvre était le symbole de la déesse mère.
Le mythe du lapin apportant des œufs aux enfants se baserait sur une légende allemande : une pauvre femme, ne pouvant offrir des douceurs à ses enfants, aurait décoré et caché des œufs dans le jardin avant d’y envoyer ses enfants. Ceux-ci, apercevant un lapin, pensèrent que c’était lui qui avait pondu les œufs…

        
           

Les Cloches.

En signe de deuil, l'Église romaine interdit que les cloches sonnent pendant les 3 jours précédant la résurrection du Christ. Là est l'origine de la légende selon laquelle les cloches vont à Rome
D'après certaines versions, les cloches se font bénir par le pape et, pour d'autres, elles partent à la recherche des oeufs pour les enfants.

Pendant ces trois jours les offices étaient annoncés par le son des crécelles .

 

   
PAQUES POUR LES ENFANTS SAGES

   "LAPINS, PLANQUEZ-VOUS !"